Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/181

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Pas d’erreur possible ?

— Mais non, patron. Vous savez bien qu’on n’est pas des collégiens, et qu’on vous suivra comme un seul homme.

— Même contre Brégeac ?

— Parbleu !

— Ah ! la bouteille… Donne-la-moi, Tony !

Il saisit la bouteille, ou plutôt le carton qui la contenait et, vivement, ses dispositions bien arrêtées, il escalada les marches, et franchit en maître le cabinet de travail d’où on l’avait chassé ignominieusement, il n’y avait pas six mois. Quelle victoire pour lui ! et avec quelle insolence ! il la fit sentir, se promenant d’un pas massif et le talon sonore, et contemplant tour à tour des portraits accrochés au mur, et qui représentaient Aurélie, Aurélie enfant, petite fille, jeune fille…

Brégeac essaya bien de protester. Tout de suite, Marescal le remit en place.

— Inutile, Brégeac. Votre faiblesse, voyez-vous, c’est que vous ne connaissez pas les armes que j’ai contre mademoiselle, et par conséquent contre vous. Quand vous les connaîtrez, peut-être penserez-vous que votre devoir est de vous incliner.

L’un en face de l’autre, les deux ennemis, debout, se menaçaient du regard. Leur haine était égale, faite d’ambitions opposées, d’instincts contraires, et surtout d’une rivalité de passion que les événements exaspéraient. Près d’eux, Aurélie attendait, assise, toute droite, sur une chaise.

Chose curieuse, et qui frappa Ma-