Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/174

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vous. À la première occasion, je partirai.

— Et, sans doute, pas seule, ricana-t-il, pas plus seule que la première fois… Guillaume, n’est-ce pas ?

— J’ai chassé Guillaume.

— Un autre alors. Un autre que tu attends, j’en ai la conviction. Tes yeux ne cessent de chercher… tes oreilles d’écouter… Ainsi, en ce moment…

La porte du vestibule s’était ouverte et refermée.

— Qu’est-ce que je disais ? s’écria Brégeac, avec un rire mauvais. On croirait vraiment que tu espères… et que quelqu’un va venir. Non, Aurélie, nul ne viendra, ni Guillaume, ni un autre. C’est Valentin que j’avais envoyé au ministère pour prendre mon courrier. Car je n’irai pas tantôt.

Les pas du domestique montèrent les marches du premier étage et traversèrent l’antichambre. Il entra.

— Tu as fait la commission, Valentin ?

— Oui, monsieur.

— Il y avait des lettres, des signatures à donner ?

— Non, monsieur.

— Tiens, c’est drôle. Mais le courrier ?…

— Le courrier venait d’être remis à M. Marescal.

— Mais de quel droit Marescal a-t-il osé ?… Il était là, Marescal ?

— Non monsieur. Il était venu et reparti aussitôt.

— Reparti ?… à deux heures et demie ! Affaire de service, alors ?

— Oui, monsieur.

— Tu as essayé de savoir ?…