Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/170

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ils étaient l’un près de l’autre, et plus éloignés cependant l’un de l’autre que deux adversaires, Brégeac le sentit. Toutes les paroles qu’il prononcerait ne feraient qu’élargir l’abîme entre eux. Il crispa les poings et articula :

— Alors tu ne comprends pas encore que nous sommes entourés d’ennemis, et que la situation ne peut pas durer ?

Elle dit entre ses dents :

— Quels ennemis ?

— Eh ! fit-il, tu ne l’ignores pas, Marescal… Marescal qui te déteste, et qui veut se venger.

Et tout bas, gravement, il expliqua :

— Écoute, Aurélie, on nous surveille depuis quelque temps. Au ministère on fouille mes tiroirs. Supérieurs et inférieurs, tout le monde est