Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/134

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de Marescal fut aussitôt punie. D’un mouvement imprévu, avec une rapidité et une décision qui le déconcertèrent, elle arracha le foulard, et, sans souci de ce qui pouvait advenir, se laissa glisser de haut en bas, comme une pierre détachée qui roule dans un éboulement de cailloux et de sable d’où monte un nuage de poussière.

Remis de sa surprise, il s’élança au risque de tomber et l’aperçut qui courait à l’aventure, en zigzag, de la falaise à la berge, comme une bête traquée qui ne sait pas où s’enfuir.

— Tu es perdue, ma pauvre petite, proféra-t-il. Rien à faire qu’à plier les genoux.

Il la rejoignait déjà, et Aurélie vacillait de peur et trébuchait, quand il eut l’impression que quelque chose tombait du haut de la terrasse et s’abattait près de lui, ainsi que l’eût fait une branche d’arbre cassée. Il se tourna, vit un homme dont le bas du visage était masqué d’un mouchoir et qui devait être celui qu’il appelait l’amoureux d’Aurélie, eut le temps de saisir son revolver, mais n’eut pas le temps de s’en servir. Un coup de pied de l’agresseur, lancé en pleine poitrine ainsi qu’un coup de savate vigoureusement appliqué, le précipita jusqu’à mi-jambe dans un amalgame de vase liquide que formait l’étang à cette place. Furieux, pataugeant, il braqua son revolver sur cet adversaire au moment où celui-ci, vingt-cinq pas plus loin, étendait la jeune fille dans la barque.

— Halte ! ou je tire, cria-t-il.