Page:Leblanc - La demoiselle aux yeux verts, paru dans Le Journal, du 8 déc 1926 au 18 jan 1927.djvu/100

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Raoul eut peur. Il se souvenait des gémissements de miss Bakefield. Un coup de pouce trop violent, et la victime meurt. Il ouvrit, saisit le complice par une jambe, le jeta sur le sol et le traîna vivement à l’écart.

L’autre essaya de lutter. D’un geste sec, Raoul lui cassa le bras.

— Six semaines de repos, dit-il, et si tu recommences à embêter la demoiselle, c’est la vertébrale que je te casse. À bon entendeur…

Il revint jusqu’à la voiture. Déjà la jeune fille s’éloignait dans l’ombre.

— Cours, ma petite, fit-il. Je sais où tu vas, et tu ne m’échapperas pas. J’en ai assez de jouer les terre-