Page:Leblanc - La Femme aux deux sourires, paru dans Le Journal, 1932.djvu/41

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le notaire s’effara, et répéta précipitamment :

— Neuf cent mille ?… Neuf cent mille ? Personne ne dit mot… Voyons, mesdames et messieurs, c’est un chiffre absurde… Le château…

Un nouveau silence.

La bougie expirait. Quelques lueurs d’agonie, parmi la cire fondue.

Puis, dans le fond de la salle, du côté du vestibule, une voix articula :

— Neuf cent cinquante.

La foule s’ouvrit. Un monsieur s’avança, souriant, paisible et sympathique, qui redit tranquillement :

— Neuf cent cinquante mille francs.

Dès l’abord, Antonine avait reconnu M. Raoul.


VIII

Un étrange collaborateur

Malgré ses prétentions au sang-froid, le notaire fut quelque peu estomaqué. Une enchère double de celles qui ont précédé, cela n’est pas fréquent.

Il murmura :

— Neuf cent cinquante mille francs ?… Personne ne dit mot ?… Neuf cent cinquante ?… Adjugé.

Tout le monde se pressait autour du nouveau venu. Me Audigat, inquiet, hésitant, allait lui demander une seconde confirmation et s’informer de son nom, de ses références, etc., quand il comprit au regard de Raoul que ce monsieur-là n’était pas de ceux qui se laissent manœuvrer. Il y a des habitudes et des convenances auxquelles il faut se soumettre. Les explications de cette sorte n’ont pas lieu en public.

Le notaire se hâta donc de pousser les gens dehors afin de réserver le salon pour la conclusion d’une affaire qui se présentait de façon singulière. Quand il revint, Raoul