Page:Leblanc - La Femme aux deux sourires, paru dans Le Journal, 1932.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Paris — les volets qui fermaient une des fenêtres du premier étage furent poussés d’un coup, et la tête blonde d’Antonine apparut, une Antonine printanière, vêtue de sa robe grise, coiffée d’une capeline de paille retombant en auréole sur ses épaules, et qui souriait au soleil de juin, aux arbres verts, aux pelouses incultes, au ciel si bleu.

Elle appela :

— Parrain !… parrain !

Elle apercevait le marquis d’Erlemont qui fumait sa pipe à vingt pas du rez-de-chaussée, sur un banc vermoulu que protégeait du soleil un groupe de thuyas.

— Ah ! te voilà levée, s’écria-t-il gaiement. Tu sais qu’il n’est que dix heures du matin.

— Je dors tellement ici ! Et puis, regardez ce que j’ai trouvé dans une armoire, parrain… un vieux chapeau de paille, que j’ai reformé pour le mieux.

Elle rentra dans sa chambre, descendit l’escalier quatre à quatre, franchit la terrasse, et s’approcha du marquis à qui elle tendit le front.

— Mon Dieu, parrain — alors vous voulez toujours que je vous appelle parrain ? —, mon Dieu, comme je suis heureuse !… Comme c’est beau ! Et comme vous êtes bon pour moi ! Tout à coup, me voilà dans un conte de fées.

— Tu le mérites, Antonine… d’après le peu que tu m’as raconté de ta vie. Je dis : le peu, car tu n’aimes guère parler de toi ?

Une ombre passa sur le clair visage d’Antonine et elle dit :

— Ça n’a pas d’intérêt. Il n’y a que le présent qui compte. Et si ce présent-là pouvait durer !

— Pourquoi pas ?

— Pourquoi ? parce que le château va être vendu aux enchères cet après-midi et que demain soir nous serons à Paris. Quel dommage ! On respire si bien ici ! On a de la joie plein le cœur et plein les yeux !

Le marquis gardait le silence. Elle passa sa main sur la sienne, et, gentiment :

— Il faut que vous le vendiez, sans doute ?

— Oui, dit-il. Que veux-tu ? Depuis que je l’ai acheté dans un coup de tête à mes amis Jouvelle, je n’y suis pas venu dix fois, et en courant, pour vingt-quatre heures. Alors, comme j’ai besoin d’argent, je me suis décidé, et à moins qu’un miracle ne se produise…

Il ajouta, en souriant :

— D’ailleurs, puisque tu aimes ce pays, il y aurait un moyen pour toi de l’habiter.

Elle le regarda, sans comprendre. Il se mit à rire.

— Dame ! Depuis avant-hier, il me semble que le notaire Audigat, fils et successeur de défunt son père, multiplie ses visites. Oh ! je sais, il n’est