Page:Le diable dans un bénitier et la métamorphose du gazetier Cuirassé en mouche, 1791.djvu/158

Cette page n’a pas encore été corrigée


des Rois et les Inspecteurs de police : j'ai couru chez vous les plus grands risques, vos lois ont terni mes lauriers, la frayeur et la colère ont achevé de détraquer ma cervelle, j'ai souffert chez vous tous les tourments réunis dont j'ai accablé tant de misérable. Mais m'importe, je suis assez vengé, cruels Anglais, je vous laisse Morandes. »


F I N.