Page:Le Tour du monde - 03.djvu/96

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Typoon ravi leur laissait Whitefoot, revenait à pied et recevait les quolibets de Tschimma, qui lui disait qu’il était un imbécile et qu’il aurait dû demander l’argent avant de donner le cheval.

Tant que le cheval fut en bon état, Typoon revenait chaque dimanche enchanté de ses amis ; quand il fut maigre et incapable de travailler plus longtemps, Murphy le lui rendit en lui disant qu’il n’était pas bon, et sa fille eut l’air de se fâcher de ce qu’il osait lui faire les doux yeux. Le soir, il ramena son cheval éreinté, et lorsque nous lui demandâmes en plaisantant des nouvelles de ses amours, le pauvre garçon, du ton le plus affecté, répondit dans son brer langage : Oh ! Murphy, no good man, miss Murphy, no good ! (Oh ! Murphy n’est pas bon, miss Murphy n’est pas bonne !)

Banksia latifolia[1]. — Dessin de Rouyer.

L’histoire de ces deux jeunes enfants donne la mesure de tout ce qu’il y a d’inhumain à favoriser le trafic colonial des importations de créatures humaines.

H. de Castella.

(La suite à la prochaine livraison.)



  1. Cet arbre, propre à l’Australie, appartient à la famille des Proténiées ; l’élégance de son feuillage le fait cultiver dans les serres d’Europe. Son cône terminal, qui remplace la fleur, ayant la double propriété de s’enflammer avec rapidité et de se consumer très-lentement, tient lieu d’amadou aux indigènes. Ils portent souvent, dans leurs courses, quelques-uns de ces cônes tout allumés.