Page:Le Tour du monde - 03.djvu/8

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il y avait une heure environ que nous marchions sous une chaleur accablante, lorsqu’un de mes hommes me vint prévenir que nous arrivions à l’endroit où généralement on fait la première halte. En effet, au milieu d’un bouquet d’arbres, je vis surgir la flèche d’une chapelle bâtie dans le pur gothique flamboyant, une échappée du parc de Windsor ; mon étonnement diminua lorsque je sus qu’elle était consacrée à saint

Maronites au couvent de Mar-Antoun. — Dessin de Grandsire d’après un croquis communiqué par M. Énault.