Page:Le Tour du monde - 03.djvu/346

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fuyons ces lieux et ces souvenirs. Aussi bien, nous voilà dans une province qui ne les permettrait pas.


IV

EN LORRAINE.

La Lorraine est une place forte. — Bar-le-Duc, Commercy et le cardinal de Retz. — Les monastères d’autrefois et les usines d’aujourd’hui. — Les vins lorrains. — La croix de pierre de l’Étang-Saint-Jean. Pourquoi les Évéchois ? — Un camp volant. — Vue de montagne en chemin de fer.

La Lorraine, qui est à nous depuis moins d’un siècle, est pourtant une des régions les plus françaises ; le cœur du pays y bat et tous les bras s’y arment quand il s’agit de le défendre. Entourée de trois côtés par des montagnes et coupée de grands fleuves, couverte de forêts, elle est une place forte dont les Vosges, l’Ardenne et l’Argonne forment l’enceinte, la Moselle et la Meuse les fossés, Metz la citadelle, Thionville le poste avancé. Et elle est bien approvisionnée de courage, car le rôle de province frontière a énergiquement trempé sa population. Si l’invasion du quinzième siècle fut brisée par la sainte héroïne de Vaucouleurs[1], il ne tint pas aux paysans lorrains levés en masse, en 1814, qu’ils n’arrêtassent celle du dix-neuvième : il y a des cadavres russiens dans tous les fourrés du pays.

Bar-le-Duc. — Dessin de Lancelot.

C’était à Révigny-aux-Vaches, gros village sur l’Ornain, que nous étions entrés en Lorraine par le Barrois. Je croyais cette province plus fertile et mieux peuplée. Dans la partie, du moins, que nous traversons, je trouve le sol bien maigre et les villages bien rares. Il est vrai que beaucoup se tiennent au bord des ruisseaux, derrière des rideaux d’arbres qui les cachent l’été aux voyageurs du convoi. Les autres perchent sur les coteaux, avec des airs, qui, après tout, leur vont fort bien, de petites cités apennines. Un soleil très-vif ajoutait à l’illusion. Bar-le-Duc est ainsi élevé sur la cime et le flanc d’une colline. Ses maisons, serrées les unes contre les autres, forment plusieurs étages de toitures d’un rouge cru, comme j’en ai vu dans bien des peintures italiennes. Un camp romain est encore reconnaissable tout auprès sur les hauteurs de Fains, et la ville, assure-t-on, lui doit son nom celtique, parce qu’il barra plus d’une fois la route aux incursions germaines.

Commercy, l’autre porte du Barrois, au bord de la Meuse, et la véritable entrée de la Lorraine, avait aussi son château d’en haut et son château d’en bas. Retz, le très-spirituel, mais fort mondain cardinal, capitaine de

  1. Domremy et Vaucouleurs sont près de la Meuse, à quelques lieues dans le sud-est de Bar-le-Duc. Domremy, où est née Jeanne d’Arc, était un village de Champagne, mais dépendant de Vaucouleurs et de la seigneurie de Neufchâteau que le duc de Lorraine tenait en fief.