Page:Le Tour du monde - 03.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au moins, et dix-neuf mille feux au plus ; que Villa-Nova de Gaia possède une population de quarante mille âmes et près de dix mille cinq cents maisons.


XII

Parmi les monuments de Porto, lorsque le choix est fait, c’est à peine s’il en reste deux ou trois offrant un intérêt réel. Il faut dire un mot cependant de S. Martinho da Cedofeita. L’édifice n’appelle pas sans doute l’attention par son caractère architectural ; mais, après la cathédrale de Braga, c’est le monument religieux le plus ancien que possède le Portugal. Sa fondation serait due, affirment les uns, à un roi goth du nom de Reciaire ; à Théodomir, roi suève, prétendent les autres, qui l’aurait élevée en 556 sur les ruines d’une autre basilique. La version qui attribue au roi goth la construction de S. Martinho est enchâssée dans un récit légendaire dont voici la substance : Reciaire a une fille ; elle tombe malade, et le père la croyant en danger de mort expédie une ambassade en France pour aller y chercher une relique de saint Martin de Tours. En même temps il fait commencer une église. L’ambassade rapporte la précieuse relique, la jeune fille guérit et la chapelle incontinent se trouve achevée du haut en bas. Voilà pourquoi on l’appela S. Martinho da Cedofeita, ou Citò facta, bientôt faite. Du reste le temple est exigu et il a subi des réparations qui en ont profondément altéré le caractère.

Rua Nova dos Inglezes (rue Neuve-des-Anglais), à Porto. — Dessin de Lancelot d’après une photographie.

Avec des tours carrées aux angles, des petites coupoles sur les toits, un style barbare un peu partout, haut perchée sur sa montagne granitique, la cathédrale a un faux air de forteresse moscovite. La première fondation de la