Page:Le Tour du monde - 03.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’épaule, un gobelet à la main, coiffé d’un chapeau à pompons, le corps serré dans une large ceinture rouge, s’annonce de loin, dominant le bruit de son cri aigre et faux : agoa fresca ! (eau fraîche !), et tout cela stimule la curiosité, soutient l’intérêt, éveille l’observation.

La configuration du sol rend l’usage des voitures difficile, aussi compte-t-on peu de carrosses à Porto ; et les femmes et les hommes du bel air vont au théâtre et rendent leurs visites en chaises à porteurs. Nos grands parents ne faisaient pas autrement. Le commissionnaire du coin de la rue, le portefaix sont de toute nécessité gallegos, parce que le plus pauvre Portugais a de la dignité à revendre et qu’il ne consentirait jamais à s’abaisser au point de faire des métiers aussi humbles.

A torre dos Clerigos (la tour des Prêtres). — Dessin de Lancelot d’après une photographie.

Sur le port, les barqueiros ont des embarcations à l’usage des gens d’affaires et des promeneurs qui veulent monter ou descendre le Douro. Ils vous entourent, vous harcèlent, leur gros bonnet de laine brune à la main, en glapissant sur tous les tons de l’échelle vocale : Hum bote, excellencia, hm bote ! hum bote ! bote ! bote ! bote ! (bateau). Le jour ou nous allâmes à S. Joao da Foz, ils montrèrent même une insistance toute particulière, et pendant qu’ils nous accablaient d’Excellencia et de hum bote ! bote ! bote ! la lorgnette de Joseph fut… égarée. Le tour se fit du reste très-adroitement, en moins d’un clin d’œil ; Christoval lui-même, aux aguets, selon son habitude, n’en vit rien. Mais ce n’est là qu’un détail qui ne peut rien prouver contre l’ensemble. À Paris à Londres surtout, des industriels battent le pavé, vivant aux dépens des badauds, des oisifs, et parfois des Portugais en train de visiter la France et l’Angleterre, et cela ne veut pas signifier absolument que Londres et Paris soient des repaires de coquins et de filous.

Pour terminer par des chiffres ce croquis à vol d oiseau, je dirai que la commune de Porto, la banlieue comprise se divise en huit paroisses urbaines et quatre rurales qu’elle renferme soixante-huit mille habitants