Page:Le Tour du monde - 03.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne laissent plusieurs cadavres sur le terrain. Les agents de police se tiennent prudemment à l’écart de ces rixes religieuses ; le plus souvent ils ne seraient pas assez nombreux pour que leur intervention pût être efficace.

Beaucoup d’Américains, et surtout d’étrangers, vont achever leur dimanche en passant quelques heures de la soirée dans les salons des confiseurs ou autres industriels, qui débitent des glaces. Quelques-uns de ces établissements, par leur étendue et le luxe de leurs décorations, peuvent surprendre même un Parisien.

Entre autres travaux d’art et d’utilité publique, New-York est fière à bon droit d’un aqueduc de soixante-douze kilomètres de longueur, qui lui amène les eaux potables du lac Croton. Ce grand travail est revenu à plus de soixante-cinq millions de francs. Le réservoir, destiné à la réception des eaux, est situé sur la colline d’York ; celui qui les distribue se trouve auprès des bâtiments de l’exposition. Les vastes dimensions de ces deux bassins en font des objets dignes de remarques et d’études ; mais il y a, sur le parcours de cet aqueduc, un pont nommé High bridge (le grand pont), que les Yankees recommandent surtout, comme une œuvre incomparable et sans rivale, à l’admiration des étrangers.

Pour me trouver face à face avec cette dixième merveille du monde, je n’avais à franchir qu’un trajet de treize kilomètres sur une belle route, à travers de gracieuses campagnes, émaillées à chaque instant de jolis parcs, de riantes villas, de nombreux hôtels qui ne cèdent à celles-ci ni en élégance ni en confort de toute sorte ; je n’hésitai donc pas à aller visiter High bridge.

Chute du Passaïc. — Dessin de Gustave Doré d’après M. Deville.

Cette construction, qui s’élève entre deux montagnes, au-dessus de la petite rivière d’Harlem, dont les bords sont couverts de bois touffus, est certainement remarquable par le paysage qui l’entoure et par la hardiesse de ses hautes arches ; mais, sous le rapport des proportions et de l’architecture, on ne peut le comparer aux ponts du Gard ou de Roquefavour.

Les vieux constructeurs romains, dans leur sépulcre de dix-huit siècles, et notre compatriote Montrichet, dans sa tombe fermée d’hier, peuvent dormir en paix ; ils n’ont pas encore été dépassés par les Américains.


Cascade du Passaïc. — L’hôtel de Saint-Nicolas. — Le musée Barnum. — Un steamer de plaisir. — Le choléra. — Philadelphie, Baltimore et Washington.

Une autre curiosité de la banlieue de New-York, que l’on ne peut se dispenser de visiter, est la chute du Passaïc. Un ferry-boat conduit à la ville de Jersey, bâtie sur la rive sud de l’Hudson. Dans la modeste gare du chemin de fer, il y a un mouvement extraordinaire, car c’est le point de départ des convois pour Philadelphie, le lac Érié, l’Ohio et tout le far-west. Parti à cinq heures du matin, le convoi me conduit en moins d’une heure à Paterson, à travers une contrée assez pittoresque. Il longe ensuite une petite rivière qui roule à travers les