Page:Le Tour du monde - 03.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MM. les pasteurs et à leurs familles, ainsi qu’aux paysans les plus influents, de finir la soirée par une promenade sur son navire. Jamais bateau à vapeur n’avait pénétré jusqu’ici dans le fjord ; bien des assistants ne connaissaient cette invention moderne que par ouï-dire ; aussi la joie fut-elle vie et générale ; les dames prirent à la hâte un châle, et se précipitèrent vers le rivage. Bientôt les invités silencieux sentirent le navire qui les portait s’avancer majestueusement comme de lui-même dans la profondeur du fjord au son de la musique militaire. La soirée étant un peu fraîche pour les blanches épaules de ces dames, une invitation à la danse fut acceptée avec empressement. Les papas et mamans, qui ne dansaient pas, furent affublés de capotes militaires, les plateaux de punch circulèrent activement, et bientôt le plaisir fut général. La musique, résonnant au milieu des rochers où elle se mêlait au murmure des cascades, produisait une harmonie singulière ; jamais mise en scène d’opéra n’eut de décors aussi pittoresques. Le prince, qui avait encore dans sa cabine des fleurs de Christiania, offrit galamment des bouquets de son jardin aux danseuses, en échange des fleurs d’Ullensvang. Enfin, après une navigation de deux ou trois heures, la nuit étant arrivée, et la lune seule éclairant la scène, la soirée fut terminée par un feu d’artifice, vrai coup de surprise pour chacun ; jamais ces bonnes gens n’avaient assisté à pareille fête, et quand, entre les pétards et chandelles romaines, les feux de Bengale vinrent jeter sur la société leurs lueurs fantasmagoriques, toutes les physionomies exprimèrent le même ravissement. Cette délicieuse soirée restera, j’en suis sûr, gravée dans le souvenir des assistants et fera époque dans les annales de la paroisse d’Ullensvang.

Torrent et corniches (voy. p. 176). — Dessin de M. de Saint-Blaise.

Le Run et le Vidar reprirent avec l’aurore leur course vagabonde, et le lendemain à onze heures du soir nous faisions notre entrée dans le port de Bergen et débarquions aux Tyske Bodurne, quartier de la ville fort original ; les mai-