Page:Le Tour du monde - 03.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dis qu’au contraire les chevaux sont friands de l’herbe verte et touffue qui croît sur les emplacements où ils ont été parqués. Il suffit de quelques moutons pour mettre en déroute tout un troupeau de bœufs. Darchy arrivant un jour sur un terrain occupé par un large troupeau de moutons, ceux-ci s’élancèrent au galop au milieu des bœufs, malgré les efforts que faisaient les conducteurs pour les chasser, malgré les cris de la pauvre noire demi-nue qui les gardait. Les bœufs effrayés rompirent leurs rangs et partirent au galop suivis de tout le troupeau de moutons. Tous pêle-mêle firent une course de quatre à cinq milles et ne furent arrêtés que par un large bras de lagune qui entourait un mamelon formant une sorte d’île dans la plaine. Les bœufs, entrant au galop dans cette eau peu profonde, foulèrent aux pieds les quelques moutons qui y arrivèrent en même temps qu’eux. Trois ou quatre de ces derniers furent noyés, et il fallut, pour rétablir la tranquillité, que les conducteurs emportassent de l’autre côté de l’eau les moutons qui étaient parvenus à la passer. On campa sur cette île pendant la nuit, et l’un des moutons tués servit au repas du soir.

Metrosideros speciosa[1]. — Dessin de Rouyer d’après nature.

Arrivés à Apple-Hill, à quelques milles de la jonction du Murray et du Lachlan, Darchy et sa troupe dirent

  1. Le Metrosideros speciosa appartient à la famille des myrtacées ; c’est un bel arbrisseau de trois à quatre mètres d’élévation, aux branches longues, minces, tortueuses et le plus souvent pendantes, aux feuilles dures, coriaces, lancéolées et alternes. Les fleurs forment autour des ramilles comme un manchon feutré d’un rouge ponceau très-vif ; en tombant, ce manchon laisse sur le rameau qui lui sert d’axe des graines adhérentes à l’écorce. Le Jardin des plantes possède plusieurs pieds de ce spécimen de la flore australienne.