Page:Le Rouge et le Noir.djvu/231

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bientôt on entendit du bruit dans la maison, une chose à laquelle elle n’avait pas songé vint troubler madame de Rênal.

— Cette méchante Élisa va entrer dans la chambre, que faire de cette énorme échelle, disait-elle à son ami ? où la cacher ? Je vais la porter au grenier, s’écria-t-elle tout à coup, avec une sorte d’enjouement.

— Mais il faut passer dans la chambre du domestique, dit Julien étonné.

— Je laisserai l’échelle dans le corridor, j’appellerai le domestique, et lui donnerai une commission.

— Songe à préparer un mot pour le cas où le domestique passant devant l’échelle, dans le corridor, la remarquera.

— Oui, mon ange, dit madame de Rênal, en lui donnant un baiser. Toi, songe à te cacher bien vite sous le lit, si, pendant mon absence, Élisa entre ici.

Julien fut étonné de cette gaieté soudaine. Ainsi, pensa-t-il, l’approche d’un danger matériel, loin de la troubler, lui rend sa gaîté, parce qu’elle oublie ses remords ! Femme vraiment supérieure ! ah ! voilà un cœur dans lequel il est glorieux de régner ! Julien était ravi.

Madame de Rênal prit l’échelle ; elle était évidemment trop pesante pour elle. Julien allait à son secours ; il admirait cette taille élégante et qui était si loin d’annoncer de la force, lorsque tout à coup, sans aide, elle saisit l’échelle, et l’enleva comme elle eût fait une chaise. Elle la porta rapidement dans le corridor du troisième étage où elle la coucha le long du mur. Elle appela le domestique, et pour lui laisser le temps de s’habiller, monta au colombier. Cinq minutes après, à son retour dans le corridor, elle ne trouva plus l’échelle. Qu’était-elle devenue ? si Julien eût été hors de la maison, ce danger ne l’eût guère touchée. Mais, dans ce moment, si son mari voyait cette échelle ! cet incident pouvait être abominable. Madame de Rênal courait partout. Enfin elle découvrit cette échelle sous le toit où le domestique l’avait portée et même cachée. Cette circonstance était singulière, autrefois elle l’eût alarmée.

Que m’importe, pensa-t-elle, ce qui peut arriver dans vingt--