Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/424

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-1.png
Miens amis jut anuit aveques moi.
Quant ses maris l’a entendue

Il l’ahiert et lors l’a batue

Disant çou, car plains d’aïr fu :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-2.png
Ameras me tu ? ameras me tu, tu, tu ?
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-3.png
Ameras me tu ?

Lors li est Estoute escapée,
Et puis s’est en haut escriée

En cantant si con vous orés :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-4.png
6950
Maris, pour quoi n’ameroie, puis que vous amés ?
Lors atant es-vous cevauçant

Noblet fils Noblon adestrant
L’once me Dame Outrecuidie.
Pour s’amour lors Nobles s’escrie

Plains d’amourouse volenté :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d424-5.png
Vrais Diex ! ki m’en garira ? Amours m’ont navré.[1]
  1.  

    7615 Amours m’ont si doucitement, saisi
    Que mon cuer et ma pensée
    Sont dou tout en tout en li.