Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/417

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enpriès celi est descendue
6840Hersent, et Renart ses iols rue
Gele part, et le descendi,
Et puis dis en cantant ensi

Cler et haut d’amorous cuer gai :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-1.png
A Dieu commant vieles amours, nouvieles ai.[1]
Et quant Hiersens çou entendi

De honte li frons li rougi ;

Lors canta à haute alenée :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-2.png
Fause amors, je vous doins congiet,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d417-3.png
J’ai plus loiaus trouvée.[2]

Empriès descendi en la place,
6850Me Dame Mehaus li agace,
Si li aida à metre jus
Waukés li gais ki l’amoit plus
Ke riens nule, et pour li canta
Ce cant, et haut le conmença,


  1.   7615 et 2736    A bone dame loiauz sui dounez.
  2.   Dans le manuscrit 69, ceci est chanté par Renart, au lieu du morceau précédent, et Hersent chante,

    Se j’ai perdues mes amors
    Diex m’en envoie unes meillors.