Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/416

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-1.png
Je sui li vos loiaus amis.

Empriès ce cant li respondi
Li luparde, en cantant ensi

Ce motet plain de melodie :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-2.png
Vous arés la sigourie, amis, de moi,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-3.png
Çou que mes maris n’a m-i-e[1]

Empriès Unate li marmote
6830Descendi, s’ot mantiel et cote
Vermeïl. Li Bievres li aida,
Et en çou d’un cler ton canta

Ce cant, conme hom d’amors pris :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-4.png
Pour vous, amie de haut pris, serai jolis.
Et quant cius ot par dit son cant,

Cele recanta pié estant

Ce motet plaisant et joli :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d416-5.png
Hé ! Dieus, si très douce vois a en ami.
  1. Le chant de ce seul morceau est uniforme dans les trois manuscrits.