Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/415

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Lors descendirent au palais,
Ainc tel joie ne fist nus mais
Com Renart fist, et au descendre
6810La Roïne, l’a couru prendre
Renart, et l’aide à desmonter,
Et en çou prist haut à canter

Ce cant en lui humeliant :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-1.png
Dame et amours, je vous pri merci
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-2.png
De cuer souspirant.[1]

Empriès couru Ghillain aidier,
Ce fu drois, l’uns ot l’autre cier,

S’en fu dis cis cans de Renart :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-3.png
Hounis soit ki vrais amans depart !

Empriès descendi li luparde,
6820Et Rois Nobles ki s’en prist garde,
Le couru aidier à descendre,
Et en çou que il le dut prendre,

Fu cis cans dou Roi Noblon dis :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d415-4.png
Dame ki mon cuers avés pris,
  1.  

    69, 7615 Amours et ma dame aussi,
    Et 2736 Jointes mains vous proi merci.