Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/414

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-1.png
Hareu ! li maux d’amer m’ocist.[1]
Et quant cele cançons failli,

Ghille canta et dist ensi

A plain chant cler et hautement.
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-2.png
Amours ne se doune mie, mais elle se vent :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-3.png
Il n’est nus qui soit amés s’il n’a argent.[2]
Ançois k’il fuissent parvenu

6800Au grant palais ki Renart fu,
Fu li cançons Ghille par dite.
Lors li Rois la Roïne encite
De canter, et ele si fist
En haut que li rue en tentist,

Ce cant qu’en rougi sa coulours :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-4.png
Dieus ! dounés à mon ami pris d’armes
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d414-5.png
Joie d’amours.
  1.  

    38J’ai robe entire d’amours
    De joie encousue.
    69Seurpris sui d’amoretes
    Seurpris. (bis)

  2.  

    38Amours n’est mais fors ghille et renardie,
    Cascuns le fause et amis et amie