Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Orghilleus et Renart andoi :
Ensi vint Ghille jusqu’au Roi,
Et lors li a boin jour oré,
Et Nobles a lués demandé
D’Orguel ki est cis damoisiaus
Ki si par est cointes et biaus.
Et Ghille ki moult fist que sage,
Li dist, il est de vo lignage,
Fius Proserpine, et l’ot d’Orguel
6780Vo fil. Dist li Rois, je le voel
Avoir od moi, s’iert o mes fius,
Son pere sanle, il est gentius.
De joies en prist à canter
Orghilleus hautement et cler,

Pour amor son taion le Roi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d413-1.png
Prendés i garde, s’on nos regarde,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d413-2.png
S’on nous regarde, dites le moi.
Enpriès ce cant sont arouté

Tout cil del ost et sont entré
En Passe-Orguel par le grant porte.
6790Lors canta, c’amours li enorte,
Li Bievres qui moult fu jolis,
Ce chant qui moult fu bien oïs
Et en riant en haut le dist :