Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/412

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


6750Com fist Nobles quant s’obligi
A Renart, dont il fist que fols.
Et à nostre oés fu un lais cos.
La nave à tele eure monta
Ke jamais ne ravalera,
Se Dieus nel’{{lié} }fait par sa bonté :
Car en nous a poi carité,
Foi ne bien, s’amons trop Renart,
Celui ki de Dieu nos depart,
Par qui li Rois a oubliée
6760Se nave. Dolente journée
Fist li Rois. D’autrui ne got mie
Ki lui méismes entr’oublie.
Et pour le Roi reconforter
Prist Renart en haut à canter

Che cant joliement ainsi :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d412-1.png
Je muir, je muir d’amouretes, las
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d412-2.png
Aimi ! par defaute d’amiete et de merci.[1]
    Quant ceste cançons fu cantée,

Dame Ghille par grant posnée
S’en vint dessus se mule amblant.
6770La Dame aloient adestrant


  1. 7615
    2736

    Amez, dames, li tens s’en va
    Onques n’ot joie qui n’ama.