Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/411

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et puis conmença à canter :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d411-1.png
Avoec tele conpaignie doit l’en
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d411-2.png
Bien joie mener.

Ançois que ses cans fust pardis,
6730Estes-vous criant à haus cris
Blancart l’ours, et s’en vint au Roi
Et li dist : Sire, par ma foi,
Helas ! vo nave ele est perdue,
El ciel l’enporta une nue :
Quant çou perçui en mer sailli,
Tous sains et saus sui venus chi.
Quant li Rois l’ot, ne pot parler,
Ançois conmença à plorer ;
Mais Renart si le rapaisa,
6740Que li Rois se nave oublia.
Boines gens, no nave perdons
Quant as visces nous acordons,
Et adossons le dous Aigniel
K’en Crois fist de son cors maisiel.
Por nous francir souffri le mort,
Chi doit cascuns prendre cuer fort
Des biens faire et des maus laissier,
Si en arons Dieu de louier.
Ne perdons pas no nave ensi