Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/329

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Li otroia : à canter prist
Si haut que li bos en tentist,

Cest cant bel et joliement :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d329-1
Or sai-je vraiement que ne puis
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d329-2
Vivre sans amor longuement.[1]
Ains que li cans fust parfinés

4610Es les messagiers revolés
Lés le bos par devant les Dames ;
Et pour çou que ce ne fust blames
A eus, s’ariestent, saluées
Ont ; les Dame come senées
Ont as mès lor salus rendus.
Lors se teurent tot, fors sans plus
La Roïne ki dist ensi :
Messagier, par amors vous pri
Ne vous anoit, nous escrirons
4620Un escrit que renvoierons
A vo signor de par nous trois.
Cil le gréent à cele fois.
Lors ont les Dames tout escrit
Mot à mot çou c’avés oït,

  1.  

    7615 J’ai au cuer d’amer la raige.
    Aimi, aimi !
    Comment pourrai-je taut faire
    Que j’aie ami ?