Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d328-1
Onques pour amer loiaument
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d328-2
Ne conquis fors paine et tourment.
Sitost con li cans fu par dis,

La Roïne a geté un ris
De çou que Harouge ot canté,
Qu’ele sot bien de verité
K’amé ot le Roi et il li,
Et si set que Renart joï
De Harouge par traïson,
4590Et trestout fu par l’ocoison
Del amour qu’ele ot vers le Roi,
Et si li porte tele foi
Qu’ele aime mius Renart cent tans
Ke le Roi qui fu ses amans
Fins et entirs, loiaus et vrais.
Lor dist qu’ele ne kerra mais
Femes pour Harouge sans plus.
Lors la Roïne s’assist jus,
Et Harouge et Hiersens ausi
4600En un praiiel vert et fuelli,
Et puis à Harouge pria
La Roïne et li conmanda
Que pour s’amor cantast encore.
Et cele que amours acore