Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/325

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et enpriès le souspir canta

Ceste cançounete à bas ton :
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d325-1
Batue sui pour amer de mon baron,
Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d325-2
4520Et si n’en fai nul sanlant se rire non.
Enpriès ceste cançon parla

La Roïne et ensi dit a :
Dames, moult est soutius Renars
Qui nous toutes trois par ses ars
A conquises nos cuers et nous
Par ses faus sanlans amourous :
Bien doit falir à toutes trois.
Non doit, Dame, par Sainte Crois,
Dist Harouge, teus meffait ore
4530Ki puet estre preudom encore.
Cius puet bien laissier ses folours
Et encore amer par amours
Loiaument, saciés tart u tempre
Convient cascuns s’enfance rendre.
Renart est jouenes et saçans,
Il a pau plus de soissante ans,
Jouenes hom est, s’a grant avoir
K’il a conquis par son savoir.
D’autre part se cascuns punis
4540Estoit de ses meffais, avis