Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/241

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ainssi comme li Rois Nobles va chacier, montez à cheval et autres bestes avoec lui et Renart.



Quant arbre vienent en verdour
El mois d’avril, et en baudour
Sont li oisiel parmi le bos,
Ke s’escrie li roussignos,
Droit en ce tans et en ce mois
2680Iert mesire Nobles li Rois
Alés cacier où bos as dains,
De joie et de léece plains.
A çou c’ot les oisiaus tentir
Li conmence à resouvenir
De Harouge feme au Lupart,
Pour qui amor esprent et art
Son cuer de si fin desirier,
K’il ne se puet rassasiier
D’à li penser, et en çou dist
2690Si haut ke li bos en tentist,
Ce chant qu’est mignoz et jolis :

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d241-Portée sans paroles.png
Souspris sui d’amoretes, souspris, souspris.[1]
  1. 38 et 69 Pourquoi ne seroie jolis,
    38 et 69 xxJ’ai amour à ma volenté.