Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 4.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pardouna li Rois le taisson,
Et à tous les autres pardon
Fist, qu’il counoist qu’il se meffist,
Dont à sa gent en oiant dist,
Ysengrins m’en mesconsilla.
Ensi à Noblon s’acorda
Renart de trestous ses meffais,
2370Dont on dist souvent que grans pais
Gist en bien grant gerre à le fie.
De joie ot là tel crierie
C’on n’i oïst pas Dieu tounant.
De là endroit se part atant
Un més ki onques ne ciessa
Dusqu’à la Roïne et conta
Ke li Rois et Renart paisié
Se sont, et sont entre-baisié.
Cele part s’en vient la Roïne
2380Sour un palefroi de ravine,
De joie cantant le grant cors :

Le Roman du Renart, 1826, tome 4-d227-Portée sans paroles
Nus n’a joie s’il n’aime par amors.

Quant vient au Roi, si le salue,
De joie fu si esperdue
Ke grant piece ne pot parler.
Renart le couru desmonter
Del palefroi et jus le mist
A la tiere et puis si l’assist