Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mêmes Euskes dans une langue dite Euskara, qui s’identifiait avec leur race depuis un temps immémorial et qui différait de toutes les autres langues de la Gaule. Depuis lors ces peuples ont été envahis dans les plaines et refoulés dans les montagnes, où ils conservent encore leur langue, leurs mœurs et surtout les coutumes de leurs familles. En France ils occupent encore, dans les départements des Hautes et des Basses-Pyrénées, les districts que les habitants du pays appellent, selon les traditions locales, le Lavedan, le Bigorre, le Béarn, la Soule, la Basse-Navarre et le Labourd. En Espagne, ils se sont conservés sans mélange dans la Haute-Navarre, l’Alava, le Guipuzcoa et la Biscaye. Ils sont nommés Basques par les Français et Vascos par les Espagnols. Dans les trois dernières provinces, ils ont résisté avec une indomptable énergie aux empiétements des monarques espagnols. Ils ont dû subir la suzeraineté de ces derniers ; mais ils ont conservé, en ce qui touche les institutions civiles et le gouvernement local, l’autonomie que la monarchie en décadence et la révolution de 1789 ont détruite pour toutes les races établies dans les limites actuelles de la France.

Cette stabilité, sans exemple chez les Européens, est l’œuvre de la famille-souche. Parmi les diverses nuances de cette organisation sociale, les Basques ont surtout pratiqué celle qui