Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/7

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vaux dont ils avaient enrichi les deux premières ; enfin M. Sevin Reybert, qui a bien voulu revoir, avec une compétence professionnelle toute spéciale, les détails relatifs au IIe Appendice.

Puisse la troisième édition de l’Organisation de la famille, grâce au concours des nombreux amis de la réforme, contribuer elle aussi à dissiper les malentendus, à redresser les erreurs, et à mieux faire saisir la vraie mission de l’école de la paix sociale. Aujourd’hui, comme il y a vingt ans, « nous cherchons, suivant la belle pensée de F. Le Play, nous cherchons dans les traditions séculaires, dont le sol et les esprits portent encore l’empreinte, les bases de l’ordre nouveau que nos pères ont tenté vainement de fonder sur de pures abstractions. Amis d’un progrès légitime, mais redoutant le désordre et les agitations stériles, nous appelons sur le terrain de l’expérience, fécondé par l’étude et la discussion, tous les hommes qui veulent rendre notre patrie libre, grande et prospère. »

An. FOCILLON, A. LE PLAY,
ALEXIS DELAIRE.

Paris, 15 avril 1881.