Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/460

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Là subsistent, en effet, dans leur ancienne autorité, les vieilles coutumes des Saxons et des Anglais, fermement perpétuées à côté des théories du droit romain, importations étrangères laissées à la science des écoles ; là se retrouvent les rudiments d’institutions qui, transportées, avec les émigrations saxonnes et normandes en d’autres contrées, et notamment dans la Grande-Bretagne, y ont été la principale origine de son droit public, magnifique épanouissement sur lequel l’attention du monde est fixée. Dans des proportions plus restreintes, mais avec des caractères peut-être plus précis, vous en retrouverez les principes dans la libre commune des paysans saxons ; mais c’est avant tout à l’organisation de la famille que les coutumes nous ramèneront.

Plaçons-nous par la pensée au cœur du Lunebourg, à Celle, l’ancienne Cella Velana des missionnaires de Charlemagne ; mais hâtons-nous de quitter la ville et gagnons le village chef-lieu du district rural le plus voisin, celui d’Hermannsbourg.

De loin une touffe de chênes et de hêtres séculaires annonce les fermes, propriétés patrimoniales des paysans saxons. Sous l’épais ombrage d’arbres magnifiques, voici l’habitation peinte en rouge, entourée de ses annexes, rustiques constructions dont l’aspect vous rappelle à quelques égards les exploitations des colons américains ;