Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


législations modernes ont adopté cette fixation. Nous citerons entre autres le Code civil du canton de Vaud (art. 873), le Code civil prussien, le Code civil autrichien, enfin le Code civil italien, qui date de 1866 (art. 805).

Plusieurs jurisconsultes d’ailleurs, vivement frappés des inconvénients du partage forcé et désireux d’y porter remède, croient que le but

    des droits de disposition du père et de ses obligations alimentaires vis-à-vis de ses enfants. Quant aux résultats effectifs, il faut tenir compte de plusieurs autres institutions d’esprit et de dates différentes qui, dans la pratique, devaient être combinées avec la légitime.
    Plusieurs de ces institutions, comme le droit d’aînesse, le douaire coutumier, la réserve coutumière des quatre-quints des propres (immeubles que le decujus avait reçus lui-même par succession ou par un autre titre équivalent), s’inspiraient des principes de conservation forcée du patrimoine dans la famille. Le droit des enfants à réclamer une légitime ne s'exerçait qu’autant qu’ils n’étaient pas pourvus à quelqu’un de ces titres de la moitié de ce qu’ils auraient eu, si le père n’avait pas fait de dispositions entra vifs ou testamentaires.Le pouvoir du père de famille pouvait se trouver beaucoup plus limité par ces diverses institutions que par la fixation de la légitime, dans le cas où sa fortune se composait exclusivement d’immeubles patrimoniaux. Mais, d’autre part, il avait souvent en fait un pouvoir de disposition plus étendu par l’effet des renonciations que les filles dotées faisaient en se mariant à tous leurs droits sur la succession paternelle, et par la mort civile qui frappait les religieux et les religieuses liés par des vœux solennels. Quoique cette incapacité de succéder ne fut pas une conséquence naturelle des vœux et ne fût pas conforme au droit canon, l’Église la tolérait, pour se prêter à la conservation des biens dans les familles. Enfin les arrangements de famille, dictés par le sentiment de la conservation du foyer et du principal établissement, jouaient un très grand rôle dans le fonctionnement pratique des diverses institutions, parfois incohérentes, qui avaient successivement pris place dans les coutumes.