Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/350

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ture, et maintenant ils fauchent, ils battent et ils labourent comme leur père. Pendant l’hiver ils travaillent le chanvre, et, vers le mois de mars, tandis que l’ouvrier va vendre des cendres noires, ils se chargent, pour le compte de tiers, de l’étendage de la tourbe. Leur travail consiste à transporter les pointes de tourbe sur des brouettes, aussitôt après leur extraction, et à les étendre sur l’herbe pour les faire sécher ils sont payés à raison de 0f50 par millier de tourbes et ils peuvent en faire chacun un millier par jour. En voyant décroître le commerce du chanvre, la femme désirerait pour ses fils une profession plus assurée : elle voudrait placer l’aîné chez un sabotier. Une fois au courant de la profession, ce jeune homme l’exercerait avec son frère et ils pourraient ainsi utiliser la morte-saison d’une manière plus lucrative. Mais, soit qu’il craigne de ne pouvoir plus, s’il était seul, travailler le chanvre, soit qu’il redoute les frais d’apprentissage, J*** N*** a refusé, jusqu’à ce jour, d’accéder aux demandes souvent réitérées de sa femme et de ses enfants. — Travail principal (culture, chanvre) 636 journées, payées 258f65. Travail secondaire ( transport et étendage de la tourbe) : 52 journées, payées 20f80.

Industries entreprises par la famille. À l’exception du séchage de la tourbe, tous les travaux sont entrepris au compte de la famille. Le