Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le procès était donc gagné après une lutte de quatre ans. Mais il n’en avait pas moins entamé profondément la prospérité de la famille.

D’après sa déclaration, et par suite de l’insolvabilité de ses adversaires, les frais judiciaires se sont élevés pour elle à plus de 4,000 fr. Pour se les procurer, elle a dû vendre des terres et du bétail. Douloureuse nécessité. Pendant quatre ans, elle a été livrée à d’incessantes terreurs, inspirées par son ignorance de la loi, et habilement entretenues par les bruits que répandaient ses adversaires dans le bourg. « On allait l’exproprier de ses biens, partager le domaine, peut-être la condamner à la prison, » Il est difficile de s’imaginer jusqu’où peuvent aller ces chimères chez des paysans terrifiés par l’inconnu.

C’est dans un de ces moments de décourage-


    des biens par les ascendants dans le susdit partage avait été acceptée et tenue pour vraie par tous les héritiers dans cet acte même, et que cet acte avait été par eux exécuté, mais que, de plus, en fait et par une appréciation qui lui est propre, l’arrêt déclare que cette estimation offre toutes les garanties désirables, et que, par suite, chacun des héritiers a effectivement reçu la part qui lui revenait ;
    « Attendu, en outre, que le moyen produit devant la cour impériale de Pau n’était aucunement fondé sur la différence qui aurait existé entre la valeur des biens au moment du partage et leur valeur au moment du décès des donateurs ;
    « Déclare sous ce rapport le moyen non recevable, et au fond le déclare mal fondé ;
    « En conséquence, et par ces motifs, rejette le pourvoi. »