Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


diverses familles types, poursuivant leur évolution à travers les siècles dans le même coin de terre, reflétant les circonstances du milieu, subissant l’influence des mœurs et des institutions, en un mot, constituant, pour l’observateur attentif, comme un petit monde qui lui retrace fidèlement l’image de la société tout entière.

« La monographie, a dit excellemment M. Taine, est le meilleur instrument de l’historien. Il la plonge dans le passé comme une sonde et la retire chargée de spécimens authentiques et complets. On connaît une époque après vingt ou trente de ces sondages. Il n’y a qu’à les bien faire et à les bien interpréter[1]. »

On ne saurait mieux dire ; mais, s’il est avantageux à la science que le réseau des monographies embrasse toutes les régions, toutes les époques et toutes les organisations sociales, il ne l’est pas moins qu’il s’étende aussi dans le temps sur les diverses étapes parcourues par une même famille. Quelques monographies, qui seraient ainsi dressées, à des périodes distinctes, d’après la méthode arrêtée pour ces publications, définiraient, pour ainsi dire, la trajectoire humaine, comme divers points disséminés dans l’espace définissent celle d’un boulet. De quelles lumières serait éclairé notre passé, si nous pos-

  1. Discours de réception à l'Académie Française — 15 janvier 1881.