Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


directe qu’elles doivent exercer sur l’opinion publique.

Le troisième Appendice a été écrit, sur ma demande, par M. Claudio Jannet, avocat à Aix en Provence, qui a présenté, en 1868, à la Société d’économie sociale un excellent travail sur les maux infligés par le Code civil aux familles de la région qu’il habite. Depuis 1793, nos légistes ont exercé, avec un redoublement d’énergie, la fatale influence qui, dans l’ancienne France, avait remplacé peu à peu les libertés de la Coutume par les contraintes de la loi. C’est surtout en ce qui touche la transmission des biens qu’ils se sont appliqués à tenir les familles sous la plus dure des servitudes. Les jurisconsultes du Midi offrent, sous ce rapport, d’honorables exceptions. Les uns réclament une émancipation complète de la famille. Les autres, tout en conservant le funeste principe d’une immixtion de l’État dans ce domaine de la vie privée, voudraient y apporter, dans l’application, certains adoucissements. M. Claudio Jannet a exposé, avec beaucoup de clarté, les opinions de ces derniers. Je connais la force des préjugés qui rendent mes concitoyens indifférents aux libertés de la vie privée. Celles-ci cependant sont l’unique source de la liberté