Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/180

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les fêtes et les dimanches les repas composés de viande de boucherie et de vin qui ont lieu tous les jours où la famille exécute seule ou avec le concours des voisins certains travaux extraordinaires (§ 36) ; enfin, les excursions faites aux foires de Lourdes et d’Argelès pour la vente ou l’achat des bestiaux. Les droits à ce dernier genre d’amusement sont garantis par la coutume à chaque membre de la communauté ainsi, ceux qui possèdent des bêtes à laine à titre individuel (§ 22), vendent eux-mêmes leurs produits ; la vente d’une vache appartenant à la communauté est toujours pour les jeunes filles l’occasion d’un voyage à la foire.

Pendant les journées d’hiver, les femmes qui ne sont pas obligées de vaquer aux travaux du ménage prennent plaisir à filer, en compagnie des voisines, dans les thermes de Cauterets (§ 23). Elles se plaisent surtout, pendant les veillées d’hiver, près du foyer domestique, à entendre les récits amusants que fait le père de famille, en vue de prolonger la durée du travail.

Les hommes s’abstiennent absolument de l’usage du tabac et des spiritueux ; ils vont seulement trois ou quatre fois par an faire une consommation modérée de café dans les auberges de Cauterets, de Lourdes ou d’Argelès.