Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


famille dans quelque corvée extraordinaire, telle qu’un transport de matériaux, la tonte des brebis, etc., les repas deviennent plus substantiels et comprennent une quantité modérée de vin et de viande de boucherie (§ 36).

Les noces sont la seule circonstance pour laquelle les repas prennent le caractère de l’abondance : ainsi, à l’occasion du dernier mariage célébré dans la famille et auquel étaient conviées 32 personnes, il a été consommé 22 kilogrammes de viande, 20 litres de vin, 1 hectolitre de froment, 2 kilogrammes de lard, 6 kilogrammes de beurre et 4 douzaines d’œufs ; dans cette consommation se trouvait comprise la tista, c’est-à-dire le panier rempli de provisions que, suivant un usage traditionnel, les jeunes mariés emportent chez eux en quittant la maison paternelle.

§ 26

HABITATION, MOBILIER ET VÊTEMENTS

La maison, solidement construite en maçonnerie épaisse et couverte en ardoise, offre, au rez-de-chaussée comme au premier étage, deux grandes pièces de 38 mètres carrés, à une fenêtre, séparées à chaque niveau par l’escalier et par un large couloir servant d’antichambre, de vestiaire et de magasin pour la farine.