Page:Le Livre rouge de la Commune, extrait du Journal officiel.djvu/18

Cette page a été validée par deux contributeurs.


gulier ni plus fantaisiste que la manière de procéder des directeurs communards de la feuille de M. Wittersheim. Les décrets les plus importants ont bien souvent été omis dans l’Officiel, où, en revanche, on trouve trop d’inutiles remplissages, qui témoignent suffisamment de l’ignorance et de l’ineptie des rédacteurs réquisitionnés par les Longuet, les Vésinier et autres préposés à la direction du principal organe de la Commune. Il faut lire à ce sujet l’intéressante étude littéraire et politique publiée par notre confrère M. Ch. Livet[1] au journal le Moniteur universel.

Quant aux réclamations qui pourraient m’être transmises, je dois prévenir les intéressés que je ne dénonce personne dans ce petit livre ; j’ai voulu faire un travail sérieux, et je n’ai point cité un seul nom — et cela scrupuleusement — qui ne figurât au seul Journal officiel, avec les qualités qu’il lui donne.

Je reconnais et je constate parfaitement que beaucoup des noms cités dans le Journal offi-

  1. Travail édité depuis, en un volume, chez le libraire L. Beauvais, 21, quai Voltaire, à Paris.