Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.

objection d’un autre ordre et non moins sérieuse : Il y a des groupes de champignons, dans lesquels, sans reproduction sexuelle, on constate l’existence d’espèces différentes, ayant des ancêtres communs. Weissmann est donc obligé d’admettre que, si le mélange des sexes est la plus importante source de variations individuelles, il peut y avoir aussi influence directe du milieu sur le germen. Voilà déjà une concession grave ; cependant, remarquez que l’auteur des Essais n’accepte pas encore l’action sur les éléments sexuels des modifications acquises par le soma sous l’influence des conditions extérieures ; il admet que les conditions extérieures agissent à la fois sur le soma et le germen : « Plusieurs variations sous l’influence du climat peuvent être dues entièrement ou en partie à la variation simultanée des déterminants correspondants dans quelques parties du soma et dans le plasma germinatif des cellules reproductrices[1]. » Et cette concession, arrachée à Weissmann par les nécessités des résultats expérimentaux[2], l’auteur nous montre qu’elle est toute naturelle ; c’est une conséquence de sa théorie même, comment n’y avait-il pas songé plus tôt ! Le plasma germinatif contient les mêmes déterminants que toutes les cellules de l’organisme ; donc les conditions extérieures qui modifient directement les déterminants dans les ailes d’un papillon, modifieront en même temps et de la même manière, les mêmes déterminants dans les cellules reproductrices, et ainsi, la variation considérée sera héréditaire ; seulement, comme les éléments sexuels sont bien garantis et

  1. The Germ.-Plasm. Contemporary Sciences séries, 1893, p. 406.
  2. De ses propres expériences sur la variation héréditaire de la couleur de certains papillons sous l’influence du milieu.