Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/41

Cette page a été validée par deux contributeurs.



DEUXIÈME PARTIE

les néo-darwiniens et l’hérédité
des caractères acquis [1]

D. Cur opium facit dormire ?
R. Quia est in eo
Virtus dormitiva
Cujus est natura
Sensus assoupire.
(Molière, Malade imaginaire.>


Combien avaient ri de la facétie de Molière qui ont accordé ensuite la plus profonde attention à la théorie laborieuse de Weissmann ? On a discuté avec passion la solidité de cet échafaudage d’hypothèses ingénieuses ; on en a tiré des conclusions inattendues ; on a nié des faits d’observation courante que ces conclusions contredisaient et beaucoup de savants de valeur se sont appliqués à montrer que l’observation avait été fautive dans tous les cas où elle n’était pas d’accord avec le système du naturaliste allemand.

Quelques-uns, cependant, se sont ravisés, ont cherché à la hase, et sont arrivés à se convaincre que des déductions très logiques peuvent conduire à l’erreur quand elles ont pour point de départ des prémisses

  1. Revue philosophique, 1899.