Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE IV

le principe de darwin


Les animaux supérieurs jouissent donc de deux propriétés analogues à celles des plastides :

1° Ils se multiplient sans varier quand les conditions restent favorables et ne changent pas ;

2° Ils varient quand les conditions changent et ces variations acquises sont héréditaires.

C’est la constatation de deux propriétés analogues chez les plastides qui nous a permis d’établir pour eux, comme une vérité évidente, la loi de la persistance du plus apte ou sélection naturelle ; il est donc manifeste que cette loi s’applique de la même manière aux êtres élevés en organisation. Or c’est précisément pour eux que Darwin l’a énoncée ; c’est pour eux aussi que l’expression lutte pour l’existence est vraiment applicable et représente autre chose qu’une manière de parler imagée.

Reprenons l’exemple de la girafe ; au cours des variations de l’espèce, sous l’influence des conditions de milieu qui nécessitent l’allongement du cou, il y a certainement des différences individuelles et la sélec-