Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/194

Cette page a été validée par deux contributeurs.

éléments ; le caractère nouveau sera réellement acquis et il sera par là même héréditaire, puisqu’il sera maintenant la conséquence de la combinaison de coefficients qu’il a primitivement contribué à produire.

Ou bien, il n’existe pas de combinaison de coefficients compatible avec le caractère nouveau considéré. Alors ce caractère nouveau ne se maintiendra que sous l’influence toujours agissante du milieu ; il ne sera pas acquis ; il disparaîtra dès que le milieu cessera d’agir dans le même sens ; il ne sera pas héréditaire.

Voici un exemple très grossier, qui fera bien comprendre ma pensée :

Je considère un plastide a b c d e f qui est sphérique dans les conditions ordinaires. Je suppose que ce plastide se trouve dans des conditions de pression telles qu’il devienne cubique et que cela dure longtemps. Il y aura antagonisme entre la forme obligatoire du plastide dans les conditions de milieu considérées et la forme d’équilibre spécifique qu’il aurait naturellement sans ces pressions malencontreuses. Cet antagonisme, cette lutte pourra être nuisible à notre plastide au point de détruire partiellement quelques-unes de ses substances plastiques ; donc, variation quantitative dont la sélection naturelle tirera naturellement profit.

De deux choses l’une : ou bien, parmi les diverses combinaisons de coefficients, il y en a une qui correspond à la forme d’équilibre cubique, et alors, cette combinaison, si elle se réalise au cours de la destruction, se conservera immédiatement étant adaptée aux conditions extérieures ; nous aurons obtenu une nouvelle race cubique de l’espèce plastidaire considérée ; cette forme cubique se conservera ensuite, même si les conditions de milieu ne la rendent plus mécani-