Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/188

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE XVIII

résumé du problème biochimique


Il me semble que toutes les difficultés disparaissent lorsque, entrant franchement dans le domaine des explications purement chimiques, on considère que toutes les propriétés des cellules tiennent uniquement à la qualité de leurs substances plastiques constitutives et à la quantité de chacune de ces substances intervenant dans la constitution de la cellule considérée. Nous avons été amenés précédemment à considérer comme formées des mêmes substances chimiques tous les plastides d’une même espèce ; les différences individuelles entre plastides de même espèce sont donc uniquement quantitatives ; les variations qui se produisent dans l’intérieur d’une espèce, sans franchir les bornes de l’espèce, sont uniquement quantitatives. Ce qui définit les caractères particuliers d’un plastide donné d’une espèce donnée ce sont les quantités respectives de substances plastiques qui le composent, ou, si vous voulez, pour employer une expression mathématique commode, les cœfficients quantitatifs de ce plastide.

Deux plastides composés des mêmes substances