Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/17

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE II

sélection naturelle ou persistance du plus apte des plastides


1° Plaçons dans un milieu donné deux espèces de plastides et supposons que ce milieu réalise pour l’une des espèces la condition d’assimilation, pour l’autre la condition de destruction. La première se multipliera, naturellement ; la seconde disparaîtra si les conditions de milieu ne se sont pas modifiées assez vite pour que l’assimilation soit devenue possible avant que la mort élémentaire ait atteint tous les individus de cette espèce. Dans ce cas infiniment simple, l’une seulement des espèces était apte à se multiplier dans le milieu ; il y aura eu persistance du seul apte ; cela est de toute évidence, et il n’y a là qu’une manière commode de parler. Toute erreur sera impossible dans l’emploi de ce langage darwinien si, comme on doit toujours le faire on définit, après coup, espèce la seule apte, celle qui a persisté dans les conditions de l’observation ; ce langage prend même alors la forme d’une vérité de La Palice…

2° Observons maintenant, dans un milieu limité (comme le sont tous les milieux cosmiques), cette