Page:Le Dantec - Lamarckiens et Darwiniens.djvu/128

Cette page a été validée par deux contributeurs.

par terrification est celui des papillons brésiliens du genre Caligo. Dans leur position normale de repos, la tête en bas, ces animaux ressemblent à s’y méprendre à une tête de chouette vigilante, les yeux grands ouverts ; le mimétisme est si extraordinaire que les taches ocellées des ailes reproduisent non seulement l’œil de la chouette, mais encore la tache lumineuse qui se produit normalement sur la cornée. Nul doute que cette apparence terrifiante écarte de l’inoffensif papillon endormi les petits oiseaux carnivores qui, sans cette protection, en feraient infailliblement leur proie.

En dehors des insectes, on trouve d’autres cas de mimétisme défensif par terrification. Plusieurs serpents non venimeux imitent les Elaps, dont la morsure est mortelle. Ph. François a même rapporté récemment, des récifs de corail des Nouvelles-Hébrides, un poisson du groupe des murénides qui cohabite dans les récifs avec un Elaps dangereux (Platurus fasciatus) et lui ressemble étonnamment.

De nouveaux cas de mimétisme se découvrent chaque jour ; il serait fastidieux de les énumérer ; mieux vaut s’en tenir aux réflexions générales que peut inspirer leur étude.

À un point de vue différent du précédent, M. Giard a fait des cas de mimétisme une autre classification qui nous sera utile pour l’interprétation complète des faits :

« Il y a mimétisme direct quand un animal prend l’aspect d’un être organisé quelconque ou même d’une substance inorganique parce qu’il a un intérêt immédiat à prendre ce déguisement.

« Il y a mimétisme indirect quand les animaux de