Page:Le Coran (Traduction de Savary, vol. 2), 1821.pdf/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXXVI [1].
I. S.
donné à Médine, composé de 83 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


I. S. J’en jure par le Coran qui contient la sagesse,

2Tu es l’envoyé du Très-Haut.

3Ta voix appelle les hommes au chemin du salut.

4Celui qui est puissant et miséricordieux t’a envoyé le Coran ;

5Afin que tu leur prêches une religion qui n’a point été enseignée à leurs pères ; mais ils vivent dans l’insouciance.

6Le plus grand nombre d’entre eux vérifieront nos prédictions, parce qu’ils sont incrédules.

7Nous avons chargé leurs cous de chaînes longues et pesantes. En vain ils voudraient lever la tête.


  1. Les mahométans récitent ce chapitre dans leurs enterremens. De grandes récompenses sont attachées à sa lecture. Lorsqu’on le lit auprès d’un mourrant, dix anges descendent à chaque lettre que l’on prononce ; ils se rangent autour de son lit, et prient pour lui. S’il meurt, ils assistent aux ablutions de son corps, et suivent les funérailles. L’ange de la mort respecte le fidèle qui a lu ce chapitre avant d’expirer. Il ne peut se saisir de son âme que le gardien du paradis ne l’ait vivifiée par un breuvage céleste. Le mahométan pruifié par ce breuvage n’aura plus besoin de se laver dans la piscine des prophètes, pour entrer dans le séjour des délices. Zamchascar.