Ouvrir le menu principal

Page:Lazare - L’Antisémitisme, 1894.djvu/418

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ligion a trouvé des défenseurs sceptiques qui la soutiennent tantôt au nom de la poésie et de la beauté esthétique des légendes, tantôt au nom de leur utilité pratique ». Le néo-mysticisme est un résultat de ce besoin de poésie et de beauté esthétique qui croit ne pouvoir se satisfaire que par l’illusion religieuse. Quant à l’utilité pratique de la religion, nous la voyons désormais soutenue par la bourgeoisie capitaliste qui a attaqué les croyances religieuses tant que celles-ci ont soutenu les partisans des régimes anciens et qui, désormais, appelle la foi à son secours pour consolider son pouvoir et défendre ses privilèges. Mais ce ne sont là que des manifestations artificielles, et le sentiment religieux positif, déterminé, limité, s’éteint tous les jours. On marche d’un côté vers une sorte d’antireligiosisme matérialiste étroit et sot, de l’autre on aboutit à cette irréligion philosophique et morale qui sera « un degré supérieur de la religion et de la civilisation même [1]. » En même temps que ces tendances s’affirment, les préjugés religieux tendent à s’éteindre, et le préjugé contre le Juif, préjugé aussi persistant que le préjugé du catholique contre le protestant, et du Juif contre le chrétien, ne peut pas être le seul à permaner. Il va diminuant d’intensité et, bientôt sans doute on ne tiendra plus tout Israélite pour responsable des affres de Jésus sur le Calvaire. Avec l’extinction progressive des préventions religieuses, une des causes d’antisémi-

  1. M. Guyau : loc. cit., p. XV.